Banc d’essai

Tarifs

Entrée gratuite

Présentation de l’atelier cirque encadré par Medhi Mekkaoui

Dans le cadre des

De toute urgence

Tarifs

Entrée gratuite

Pièce écrite et joué par les comédiens de l’atelier théâtre de l’IUT d’Allier

Mise en scène Hervé Morthon

Vous ne vous sentez pas bien...?
Vous avez des palpitations...?
Une douleur qui vous tracasse...?
Pas d’inquiétude...
Voici un hôpital où l’on rêve tous... de ne jamais mettre les pieds...
Vous allez être en immersion avec des médecins, chirurgiens, infirmières... fragiles, drôles, ignorants, mais surtout dépassés... Soyez patients... et tout va bien se passer...

Jam d’improvisation

Dans le cadre du stage de danse Contact improvisation avec Franck Beaubois, un jam d’improvisation est proposé afin de découvrir cet univers.

T’es un pion ou une dame ?

tarifs

Gratuit

L’acteur-créateur et sa propre parole

Ouverture de l’atelier théâtre encadré par Rachel Dufour.
T’es un pion ou une dame ?) en relation avec le spectacle Actrice, Comédie de Clermont-Ferrand

Exploration de diverses facettes de ce que c’est qu’être acteur de théâtre aujourd’hui. Est-ce que c’est jouer avec ses tripes ? Être capable de dire des alexandrins ? Improviser ? Mettre à distance ? Prendre la parole en son nom propre ? Construire un personnage ou se glisser dans lui ? etc …

Jeux chorégraphiques #5

Tarifs

Gratuit

Présentation de l’atelier encadré par Nicolas Duquerroy.

Placer y mercado

Tarifs

Gratuit

Cette année, l’atelier théâtre en espagnol, encadré par Marielle Coubaillon et Stéphanie Urdician, s’est emparé de textes de l’auteur et metteur en scène hispano-argentin Rodrigo García.
Le montage qui donne à voir et à entendre (en espagnol non surtitré) des extraits de Esparcid mis cenizas en Eurodisney, Versus, Ronald el payaso de Mc Donald’s, Agamenón. Volví del supermercado y le di una paliza a mi hijo, se veut un échantillon représentatif de l’oeuvre de "l’enfant terrible du théâtre contemporain".
A travers la déambulation proposée, les motifs obsessionnels de son théâtre sont convoqués : la famille, l’éducation, la société de consommation, la banalisation de la violence et la fonction du théâtre alimentent une parole tantôt brutale tantôt poétique, toujours provocatrice, pour interroger inlassablement l’humain.

Deux présentations sont programmées à 18h et à 19h30. Le départ de ces déambulations se fait dans le Hall Paul Collomp, Site Carnot de l’Université Clermont Auvergne (rue d’Amboise - Clermont-Ferrand).

Distribution
Al Maouatassim Imane
Albuixech Manon
Batisse Anne
Chausse Juliette
Cros Vincent
Delair Ophélie
Denis Clara
Francisco Morgane
Garcia Jade
Michaut Yohann
Pavón Villagra Adriana
Pouzain Léa
Rodríguez Martín
Vidal Oceana
Weston Molly

Nous sommes tous des réfugiés du capitalisme

Tarifs

Entrée gratuite

Restitution publique de textes écrits par les participants de l’atelier de recherche artistique et théâtrale mené par Nadège Prugnard - auteure, metteur en scène et comédienne - autour de la question des migrations.

À partir de discussions, de lectures de témoignages de migrants récoltés notamment dans la Jungle de Calais, des éclairages avec le Réseau Education Sans Frontières 63, d’écritures « No Border », d’improvisations autour de la question de la migration mais aussi de nos propres migrations intimes, il s’agit d’inventer ensemble, un moment artistique qui interroge les moteurs de la violence d’aujourd’hui, et l’état de notre démocratie, mais aussi de la rage de vivre, la solidarité, l’utopie nomade, et l’espoir inconditionnel qui anime la traversée des migrant(e)s… il est impératif que le théâtre d’aujourd’hui affirme « sa participation politique » au monde.

Atelier Costumes

La Carte des routes et des royaumes

L’atelier encadré par Carole Vigné, costumière et créatrice textile – en collaboration avec les metteurs en scène Jean-Claude Gal et Marielle Coubaillon.

En lien direct avec les ateliers Théâtre conduit par le Théâtre du Pélican sur le texte de Ronan Mancec, en partenariat avec le SUC, l’atelier consiste en la fabrication de costumes que porteront certains des personnages de la pièce.

L’atelier appuie son encadrement sur les techniques d’élaboration et de fabrication d’éléments textiles du monde arabo-musulman comme des manteaux, des blouses d’artistes et de quelques éléments textiles scéniques.

Elaboration de patrons, travail de maquettage, mise en forme et fabrication de costumes liés à la civilisation arabo-musulmane. Autant de travaux qui aboutiront au spectacle proposé à la Cour des Trois Coquins, scène vivante, du mercredi 2 au vendredi 4 mai.

L’atelier se déroule la 1ère semaine des vacances de Printemps :

  • Du 9 au 13 avril 2018
    de 9h à 12h30 et de 14h à 17h30
  • Lieu : communiqué lors de l’inscription (Clermont-Ferrand)
  • Gratuit
    INSCRIPTION OBLIGATOIRE AU SUC avant le 30 mars

LES ANNEES, Une archéologie de la vi(ll)e

Tarifs

Entrée gratuite

D’après le roman d’Annie Ernaux

Sortie d’atelier de l’atelier théâtre encadré par Béatrice Chatron et Olivier Papot.

Les années invite à plonger dans une formidable fresque historique, des espoirs de l’après-guerre avec sa grande marche positiviste aux bugs de nos années 2000,-panne de l’ascenseur social, marchandisation du monde, uberisation des sentiments...

…C’est aussi une fresque humaine qui fait ressentir le passage du temps en nous et hors de nous.

…C’est enfin le parcours d’une femme dans le siècle, qui par-delà les déterminismes, ose la voie de l’émancipation.

PLONGER dans une racontée sensible du monde tel qu’il a été vécu, traversé, depuis les années de la Reconstruction, des Trente Glorieuses, jusqu’aux Quarante piteuses.

DIRE à la fois l’intime et le collectif à travers non pas une fresque historique mais un parcours. Dire « non pas ma vie, ni sa vie, ni même une vie. La vie avec ses contenus qui sont les mêmes pour tous mais que l’on éprouve toujours de façon individuelle »

SUIVRE l’histoire de nos émancipations arrachées aux pressions sociales et familiales, à la force des habitudes.

RESSENTIR non seulement les mouvements du temps mais les mouvements de l’être dans le temps (notre réalité physique, sociale, ontologique).

RENDRE sa dimension vécue à l’Histoire et PARTAGER un récit qui nous replace dans la chaine des générations.

A Quest

Tarifs

Entrée gratuite

Travail d’après Quai Ouest/Dans la solitude des champs de coton/Lettres de B-M Koltès

Déambulation de l’atelier théâtre encadré par Cédric Jonchière.

« Je crois que la seule morale qu’il nous reste est la morale de la beauté. Et il ne nous reste justement plus que la beauté de la langue, la beauté en tant que telle. Sans la beauté, la vie ne vaudrait pas la peine d’être vécue. Alors, préservons cette beauté, gardons cette beauté, même s’il lui arrive parfois de n’être pas morale. Mais je crois justement qu’il n’y a pas d’autre morale que la beauté. »

Nous vous invitons dans un petit labyrinthe koltésien. S’y perdent quelques figures de Quai Ouest, et au centre l’auteur, Koltès, par l’entremise de quelques-unes de ses lettres. Il y est fou de voyage, de bonheur, et fou d’amour, devant les beautés de New York ou de la jungle du Nicaragua.

Une errance, une quête… vers notre « wild » intérieur qui se cache et ne veut jamais dire son nom.

Golgotha Picnic

tarifs

Entrée gratuite

par l’atelier théâtre encadré par Pierre-François Pommier

Golgotha Picnic de Rodrigo Garcia questionne la culture occidentale contemporaine dans son rapport au Sacré. Avec humour et violence, Rodrigo García met en lumière le lourd héritage iconographique et philosophique que nous ont laissé deux-mille ans de Christianisme. Car il est précisément question de la figure du Christ et de l’impact de son image sur l’humanité.
Les plus grands maîtres de la peinture, les plus grands compositeurs ont œuvré à représenter la Passion du Christ dans sa plus grande douleur, dans sa plus grande beauté. Rodrigo García pointe du doigt le rapport entre le beau et la souffrance humaine, probablement indissociables.

Dans cette époque où le Moyen-Age tend à refaire surface, qu’il s’agisse de la menace terroriste ou du durcissement politique, Golgotha Picnic prend une résonance toute particulière. La pièce, par son aspect blasphématoire, recadre le contexte : il faut enfin reconnaître que le problème n’est pas l’Islam dans nos sociétés, mais l’importance accordée au religieux – quelle que soit la confession – et à la morale qui en est issue.

Le théâtre de Rodrigo García s’amuse à tout mettre sur le même plan, à égalité : le flot d’images dont nous sommes inondés tous les jours a la même valeur que les tableaux du Louvre : l’art devient un outil de communication. Le trash trouve autant sa place dans l’œuvre de Rubens que dans les photos de Paris-Match. Ce procédé d’avilissement de l’art est sans doute un moyen de pointer du doigt le grand dérèglement des sociétés occidentales. Car Rodrigo García ne nous donne jamais de leçon sur notre comportement grossier : il fait pire que nous, il nous caricature et nous tend le miroir. A nous de juger si c’est excessif ou non.

La Carte des routes et des royaumes - Texte de Ronan Mancec

Tarifs

14 € / 8 € (réduit) / 6 € (groupe)

Jeunesse & Philosophie – Manifeste 2

Création avec 30 adolescents et jeunes gens

les mercredi 2 mai 2018 – 10h (scolaire) et 20h30,
jeudi 3 mai – 14h30 (scolaire – complet),
vendredi 4 mai – 10h (scolaire – complet) et 20h30
à la Cour des Trois Coquins – scène vivante (Clermont-Fd)

La fabrication de « la carte des routes et des royaumes » est l’entreprise pharaonique que veut mener une famille royale despotique. C’est la tentative de connaître les moindres recoins du globe terrestre, d’en recenser les richesses de tous types et ce faisant d’asseoir son pouvoir sur les peuples gouvernés. Le projet vise à réaliser une huitième merveille du monde. Des cartographes doivent s’acquitter de la tâche. Jeunes gens et jeunes femmes, ils sont des centaines à œuvrer soit dans des ateliers d’enluminure, soit à travers les royaumes. Sillonnant les terres, ils procèdent à des relevés exhaustifs, de gré ou de force, car ils entendent faire respecter l’autorité. En entrant en contact, en dialoguant malgré tout, les habitants et les cartographes découvrent peu à peu qu’ils sont les victimes de la même tyrannie. Leurs vies sont piétinées par les rêves démesurés de l’oligarchie, et l’envie d’agir collectivement va germer sur la place publique. Le peuple va chercher à se constituer en communauté résistante. Une idée est lancée, qui saperait le pouvoir en place et permettrait de recouvrer une emprise sur les destins. Il s’agirait de falsifier la carte des routes et des royaumes. La question morale qui anime la pièce, c’est celle de la désobéissance. Elle s’adosse à un espoir : qu’il est possible pour les jeunes gens de reprendre le pouvoir, et que le mouvement social gagne enfin.
Ronan Mancec

L’équipe artistique

Mise en scène : Jean-Claude Gal & Marielle Coubaillon
Univers chorégraphique : Françoise Trognée
Univers musical : Jean-Louis Bettarel
Scénographie : François Jourfier
Lumières : Catherine Reverseau

L’idée

Légale ou clandestine, l’immigration est un lourd défi. Elle fait partie de notre quotidien et traverse l’espace européen. Ces mouvements démographiques, qui vont des pays en conflit à de nombreux pays africains, font et vont faire, des migrations, un phénomène constant pendant des décennies. La jeunesse y est prépondérante : de plus en plus de mineurs, de jeunes adolescents et de tous jeunes adultes fuyant la guerre ou la misère – tentent leur chance de l’exil. Cette aventure est une nouvelle étape pour mieux écouter le monde. Jean-Claude Gal

Le projet

Entre 25 et 30 adolescents et jeunes gens seront au plateau pour une création avec des jeunes gens de l’agglomération clermontoise et de toute l’Auvergne, des étudiants d’ici ou d’ailleurs, de jeunes migrants… C’est une création où se mêleront différentes matières et disciplines artistiques : texte, chant, danse, scénographie, musique… De nombreux adolescents impliqués dans plusieurs ateliers : Théâtre, Décor – Scénographie, Accessoires et textiles, Son et univers musical (MAO)… en partenariat avec le SUC et la DDSU.

En parallèle, il y a des paroles de jeunes migrants que nous collectons et qui, en écho à cette création, fabriqueront la matrice d’une autre forme, plus légère. En partenariat avec la LDH 63, RESF 63, la CIMADE, le réseau WELCOME, l’UPP, l’Atelier Logement Solidaire, l’ANEF (SEMNA), l’association Franco-Afghane, le lycée Roger-Claustres et le lycée Camille-Claudel à Clermont-Fd.

Tumultes de Marion Aubert

Par l’atelier théâtre encadré par Cyril Triolaire

"Révoltons nous ! Se révolter, mais pourquoi ? Pour le plaisir de se retrouver ensemble et de faire la révolution ?

Pour le plaisir de se retrouver au petit matin, de faire des banderoles ?

Pour réfléchir, penser de nouveaux possibles, inventer de nouveaux quotidiens ? Et aller jusqu’où pour cela ? Mai 36, Mai 68 ; Mai 18 ?

Renoncer à faire des cupcakes, arrêter de tondre la pelouse, stopper les séances de séries TV vautrés dans un canapé avec des copains ?

Retrouvez le comité de mobilisation des étudiants-comédiens ; soyez en quête d’action et de réponse.

Retrouvez-les devant le local des associations et sous la baleine à Gergovia les jeudi 26 avril et vendredi 27 avril à 12h15.

Venez écouter leurs échanges, leurs craintes, leurs envies. Venez entendre les mots du texte de Marion Aubert.

Révolte ? Tumultes !

Et tout cela devra-t-il en rester là ?".